En 2015, devenons humains.

20 Janvier 2015
- par
Emilie

J'aurais aimé écrire un message de vœu enthousiaste, optimiste, du genre "on vous souhaite une année pleine de projets." Oui, mais y'en à marre des projets, y'en a marre de ne plus penser, de ne plus réfléchir aux conséquences de nos actes. Ras-le-bol de la peur, de toute cette haine. Marre de l'ignorance. Et puis, en plus, je crois que je ne sais plus écrire. Voila,  je suis restée plusieurs jours comme ça. Vidée. Et puis, la vie, oui tout simplement la vie m'a montré le chemin. Voici le récit d'un début d'année riche en enseignements.

 

01 janvier 2015 - Nicosie - République Turque de Chypre-nord

Paix, comme l'unité retrouvée

 

Dans la grande mosquée, l'appel à la prière vient de se terminer. Le soleil brille. Un enfant joue avec les anges. A l'entrée, un message laissé par l'imam le matin même, un message pour la nouvelle année : "Nos croyances sont toutes différentes et nous savons que toutes se valent." Il n'y a pas de mot pour dire ce que j'ai ressenti à ce moment là.  Quelque chose de l'ordre d'une présence totale. L'indicible.

 

07 janvier 2015 - Belfort - France

Choc, comme avoir mal aux autres.

 

Accablée. Une sensation de vide, une immense tristesse face à notre incapacité à vivre ensemble, à connaître et reconnaître l'autre, ce qui est autre pleinement. Je ne ressens pas ce que peut ressentir la communauté musulmane aujourd'hui. Je n'ai qu'une vague idée de l'immense chagrin, de la colère aussi face à la perte d'un être aimé pour une idée, une croyance, un dessin. Et pourtant, parce que je me suis déjà sentie blessée, humiliée, parce que j'ai déjà perdu des êtres que j'aimais profondément, je sais le vide, je sais la peur, je sais la désespérance et parfois la haine qui peut nous habiter.

 

17 janvier 2015 - Maternité de l'hôpital de Lyon

Renaissance, comme une envie de poésie.

 

Il est deux heures du matin, un petit garçon vient de naître. Que lui dire du monde dans lequel il va grandir ? Il s'appelle Gianni, un prénom qui lui parle de ses origines, de l'Italie, qui lui parle de son arrière grand-père arrivé en France en 1947. Mon petit cousin. A cet enfant, je veux lui dire que nous avons sans doute expérimenté la peur pendant des millénaires et que nous voyons bien aujourd'hui où tout cela conduit. A cet enfant, je lui souhaite des voyages intérieurs à travers les livres, le cinéma, la peinture et que sais-je encore. Je lui souhaite de parcourir le monde. Je lui souhaite de rencontrer des professeurs, des artisans de lumière qui lui ouvrent des chemins de conscience et de confiance.  Pour qu'il puisse découvrir qui il est et ainsi pouvoir aller à la rencontre de l'autre, de ce qui est diffèrent de lui. Pour qu'il puisse rêver, imaginer et construire le monde dans lequel il souhaite vivre. Et à  cet enfant, je veux lui dire surtout que je vais continuer à réfléchir, à penser ce monde, à amener de l'intelligence et du lien. 

 

Alors, en 2015, je fais le vœu de devenir humaine, j'en appelle à chacun de nous. Tous différents. Tous vulnérables et fragiles. Oui, tous autant que nous sommes. Je fais le serment de travailler sur mes propres violences, mes propres difficultés à vivre avec les autres. Et puisque nous sommes encore quelques milliards à chercher l'amour, j'en appelle à tous ses artisans, ici et ailleurs.  Ne sous-estimons pas ce pouvoir là ! Voila mon engagement pour cette nouvelle année. Et je vous souhaite simplement de trouver le vôtre.

 

 

Emilie Castellano

Directrice de l'Usine à Belfort